Léonard

Saint Léonard de Noblat

Après ces retrouvailles familiales au sens large et avant de rentrer chez moi, une force irrésistible m’attira dans le centre de la petite ville connue de tous. Bifurquant sur la droite, au feu, j’avançais ma voiture et me garais devant l’ancien couvent devenu prison puis reconverti en foyer rural.

 

La pendule du clocher marquait 19h15. La porte de l’église restée encore ouverte à cette heure tardive m’invitait à entrer.

Je remontais la nef, faisais le tour de l’abside, croisais un homme jeune, la trentaine, assis, totalement immobile, paupières baissées, en prière, profondément recueilli. « Quoi, quelqu’un prie ici, à cette heure ? » me disais-je intérieurement. Etonnée de sa présence, je le dépassais sans le déranger, levais les yeux en direction de la coupole, contournais l’autel, marchais sur les dalles de pierres humides,  le long du déambulatoire circulaire desservant les chapelles annexes, m’attardais devant la chapelle dédiée à St Joseph, posais mes mains sur la dalle de granit recouvrant le tombeau de l’ermite et pensais à Jean-Baptiste,  mon grand-père maternel.

Je le revoyais dans les stalles de bois l’écharpe blanche en bandoulière, au milieu des autres confrères, me souvenais qu’ il resta fidèle à la confrérie pendant soixante ans, jusqu’à sa mort à l’âge de quatre-vingt dix ans. Je me rappelais des ostensions que l’on célèbre encore tous les sept ans et qui consistent à montrer au grand jour les reliques du saint ermite dans une procession religieuse publique qui fait le tour de la ville.  Puis je ressortais et visitais le baptistère où j’avais, comme beaucoup d’autres, reçu le baptême, un jour de grand froid de l’hiver 54.

Enfin reprenant ma voiture, je rentrais à la maison, la tête pleine d’impressions de toutes sortes, parfois contradictoires.

Superstition ?

Légende ou réalité ?

Saint Léonard libérateur des captifs Ora Pro Nobis.

Libère-nous de nos chaînes.

Dans le silence de la collégiale romane déserte,  les ex votos vissés dans le granit témoignent.

 Pour qui sait écouter, les pierres parlent.

Comment ne pas avoir, ne serait-ce qu’un soupçon de reconnaissance ?

Déo Gratias.

Pour en savoir plus sur Léonard :

http://en.wikipedia.org/wiki/Leonard_of_Noblac

photosfa#_____

Publicités

4 Responses to Léonard

  1. blogfadiese says:

    Merici Alba.
    Du Limousin à la Castille, finalement il n’y a qu’un pas numérique.

  2. alba says:

    Bel hommage plein de ressenti pour vous et pour nous aussi.

    Merci de votre commentaire et bienvenue sur mon blog

    Alba

  3. blogfadiese says:

    Oui, mibémol je n’oublie pas mes racines, je sais ce que je leur dois. Le pape Jean-paul II n’a cessé de le répéter pendant tout son pontificat se désolant de constater l’apostasie de l’Occident.
    Il se peut qu’un jour celui-ci s’en morde les doigts.
    On ne peut pas éternellement nier sa parenté et tout araser comme si de rien n’était. Ce grand-père-là était un homme paisible apprécié.L’autre grand-père était tout aussi apprécié pour d’autres qualités. J’aurai sûrement l’occasion de l’évoquer.

  4. Mi♭ says:

    Si ce n’est pas St Léonard de Noblac, c’est au moins internet qui brise les chaînes de l’anglais :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9onard_de_Noblac
    Bellen page, Fa#, pleine d’émotions et d’évocations si ce n’est de dévotions et confessions sur ce lieu si beau et si chèr à votre vie, entre St Joseph et le baptistère, en passant par le grand-père et la confrérie St Léonard de N., sans oublier la prière, votre viatic !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :