Colombe

 

On ne sait pas.

D’où elle vient.

Ni où elle va.

Mais elle s’approche

Doucement.

Bat des ailes.

Se pose et se repose.

S’installe.

Se fige.

Momentanément.

Puis elle s’élance, repart.

Vole encore, s’éloigne.

On la suit du regard.

Mais on ne l’aperçoit plus.

Elle s’est fondue à l’horizon.

Évanouie dans la nuée.

Qu’a-t-elle déposé.

Avant de repartir.

Sinon la paix.

La colombe.

 Prélude d’Olivier Messiaen  » la Colombe ». (remarquablement interprété)

(si un ou une lectrice avait l’amabilité de traduire les commentaires éclairés du pianiste anglais j’en serais ravie, merci)

 

photosfa#________

Publicités

4 Responses to Colombe

  1. mi-bemol says:

    Proposition de traduction à la demande de mi-bemol : « Le programme d’aujourd’hui concerne « bird song » (la chanson de l’oiseau), et je parlerai de cela dans un moment, mais je ne pouvais pas résister à l’introduire avec 3 magnifiques petits morceaux datant des premières années de la carrière de Messiaen’s. Le premier prélude « the dove » (la colombe), que nous entendrons délicatement battre des ailes, dans la première partie, malheureusement cela ne (…) pas, mais peu importe, nous entendons les ailes ! Et cet exquis morceau de lecture à vue (improvisation?), je pense que lorsque vous l’entendrez, vous serez d’accord avec moi sur le fait que Messiaen, qui a enseigné la lecture à vue dans les années 1930 à l’école normale, a du lire des centaines de test de lecture à vue et je pense que lorsque vous allez entendre celui-ci, vous serez d’accord avec moi pour dire que l’une des plus grande tragédie dans l’histoire de la musique c’est qu’ils soient tous perdus sauf un. »

    • blogfadiese says:

      Merci beaucoup mi bémol j’étais sûre qu’un « pigeon » nous donnerait les explications manquantes. Le battement des ailes mais oui je le savais qu’il s’agissait de cela dès la première mesure et je m’entraîne à jouer ces croches le plus « liées » possible « enveloppantes » indique Messiaen sur la partition, c’est magnifique, vraiment magnifique tout en subtilité … et puis elle s’envole à la fin du morceau …la colombe.
      ( Vous l’aurez compris je suis nulle en Anglais )

      • Mi♭ says:

        Il n’y a point de pigeon, mais une colombe très gentille en la personne de ma belle-fille, actuellement de passage à la maison, avant d’aller prendre son poste de lectrice en Italie, dans quelques heures.

        Elle s’est familairisée avec la langue « universelle », au cours du premier trimestre de 2011, en accompagnant le fils à York, où, grâce à une bourse LEONARDO, celui-ci a pu parfaire son anglais et améliorer ses connaissances en archéologique.

        Aujourd’hui la non connaissance de l’anglais me pénalise même pour lire les quotidiens italiens !

        « Vole colombe blanche vole…. » est une chanson de mon enfance. Au delà de son aspect sentimental, elle est marquée par la nostalgie d’une terre perdue, cédée à la Yugoslavie, après la dernière guerre. Rien à avoir avec les incroyables retranscription/improvisations de Messiaen ! A l’orgue c’est sublime, mais pas à ma portée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :