Fagotin

J’ai disposé ce fagotin blanchâtre par terre sur une feuille grise épaisse près de la fenêtre, puis j’ai attendu que la lumière naturelle laiteuse en ce jour de février 2012 soit favorable. Celle qui émane du matin, du milieu du jour ou de la soirée n’éclaire pas les objets de façon identique au cours d’une même journée. Les ombres ne sont jamais les mêmes, leurs tailles leurs densités leurs contours diffèrent. A certains moments elles se confondent avec le sujet, à d’autres elles paraissent plus réelles que lui en le métamorphosant, l’instant d’après elles s’allongent, se raccourcissent ou disparaissent carrément. Elles le mettent en relief ou l’aplatissent.

Aujourd’hui est un jour sans soleil, c’est la raison pour laquelle les ombres sont moins marquées, plus diluées, discrètes au point qu’on pourrait imaginer, furtivement,  qu’on a changé d’objet. Mais non, il n’en est rien.

A contrario et à contre-jour ce vendredi de janvier 2012, alors que je pensais jeter ces petits bouts de bois dans l’âtre, le soleil, si rasant qu’il formait un angle aigu en arrivant à la surface de la terre, projetait les ombres massivement en les agrandissant, sur le papier et celles-ci donnaient l’illusion de voir en double  l’insecte frêle délicat aux pattes longilignes, fines qu’évoquait l’assemblage de ces maigres tiges de bouleau qui avaient servi de décor à une petite plante verte offerte au nouvel an.  C’est justement ce qui retint mon attention. La bestiole était démultipliée.

Sans mentir et sans tricher, sans flash et sans artifice, on avalera une bonne tisane bien chaude de menthe sucrée en laissant de côté l’insecte ravageur qui nous inspire méfiance, crainte et dégoût, après s’être régalés de ce jeu d’ombre et de lumière qui se renouvelle à tout instant en nous plongeant parfois dans la plus grande perplexité qu’accompagne une véritable fascination.

Pour les fortiches en dessin, il y a là un sujet en or à exécuter à la mine de plomb et à présenter sous tous les angles. Allez … au boulot.

photosfa#______

Publicités

4 Responses to Fagotin

  1. mda says:

    Oh, mais ne pourrais-tu point faire les deux?!

  2. blogfadiese says:

    Non, pas encore. J’étudie une sonatine de Mozart, très gaie, très pétillante, je ne peux pas tout faire.
    Ce dialogue mda/fa# me réjouit, la distance et l’écrit facilitent la communication probablement. Et puis on se connaît si mal entre êtres humains.

  3. mda says:

    As-tu sorti ton fusain?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :