Callelongue

Au bout du bout du bord, à plusieurs kilomètres de la Corniche que reste-t-il de la ville ? Quelques maisons, quelques restaurants, quelques bateaux amarrés là tout près des habitations dans le village des Goudes, ci-dessus.

Et puis plus loin,  de l’autre côté de la route,  sur l’île Maïre (138m d’altitude ) , face à nous, on voit de curieuses ruines, en fait une ancienne bergerie.

Le massif des Calanques, ces roches nues, rudes, blanches, raides comme des montagnes arides tombent dans la mer qui mouille ses flancs râpeux.

Une table d’orientation en indique les principaux lieux.

 

A l’extrémité de la route on visite un pittoresque port camouflé au fond d’une anse si étroite que l’on n’est pas étonné de son nom : Callelongue.

 

Des touristes affluent vers midi; certains déjeunent sur place, plusieurs n’hésitent pas à explorer le Massif en empruntant les sentiers caillouteux balisés.

 

D’autres encore découvrent le village de pêcheurs.

Les bateaux dont certains paraissent inutilisés son remontés au sec par un système de crémaillère actionnée par une poulie probablement électrifiée. Pas d’espace perdu, tout est exploité. L’intelligence et l’imagination de l’homme assurent sa survie; ingénieux et laborieux il progresse chaque jour; mais aujourd’hui il ne pêche plus comme hier. Les touristes se pressent sur le quai au charme désuet.

Et s’en retournent satisfaits.

photosfa#_______

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :