Touche

« Mon rêve a toujours été d’apprendre à jouer du piano lorsque je serai à la retraite » entend-on. Eh, bien voilà quarante ans après, nous y sommes.

Le rêve de certains et de certaines se réalise enfin. Ils, elles  s’y mettent et travaillent d’arrache pied. Les yeux rivés sur la partition, ils déchiffrent, ils solfient les notes, ils repèrent les phrases musicales, ils donnent du rythme au morceau de leur choix. Sous leurs doigts les touches swinguent, chantent, murmurent, pétillent, hésitent, balbutient ou vibrent avec bonheur. Piquée ou legato, chantante ou bien liée,  la mélodie s’envole, le texte musical prend forme et devient enchanteur. Bon d’accord parfois, c’est un peu laborieux, les mains tremblent, la mémoire flanche,  mais tout de même quel plaisir de donner quelques notes de Bach, Haendel, Khatchatourian, Schubert, Mozart, Chopin ou Messiaen. On ose jouer devant un public restreint, fébrile, respectueux, attentif. On découvre une œuvre rare, une Passacaille,  composée par une pianiste d’un grand âge qui exerce encore son art à Paris et que l’une d’entre nous visite de temps en temps. On se surprend à étonner les élèves.

«  Ce morceau vous va bien, ce jazz était ravissant, cette toccata surprenante, cette marche militaire énergique, cette valse tellement lyrique, ces arpèges si fluides, cette sonate très joyeuse, jouée tout en souplesse. »

« Je suis contente, vous étudiez sérieusement  et vous avez tous progressé, ça s’entend. Je vous encourage à toujours travailler le phrasé si cher à Marguerite Long mon ancien professeur, elle-même élève de Claude Debussy  » nous rappelle constamment notre professeur.

Merci Maguy pour vos conseils précieux et votre enseignement de qualité. Un élève a joué une mélodie à la manière de Chopin et vous l’a dédiée, en reconnaissance.

En reprenant la route du retour après avoir salué notre hôte qui met chaque année à notre disposition son magnifique piano à queue, nous pensons déjà à l’année prochaine.

En voyant ces bottes de foin disposées sur la prairie comme des notes de musique sur une portée, des rondes, des blanches, des tierces, des quartes, des triolets, des grappes de sons nous viennent à l’esprit et se bousculent  dans notre imagination. Et si on composait ?

 photosfa#______

Publicités

6 Responses to Touche

  1. blogfadiese says:

    Oh non , c’est plus simple; d’ailleurs il faut que je la reprenne parce que je ne la sais plus.
    Cette année j’ai tenté « d’entrer » dans Bach, pas fastoche mais j’ai progressé.

  2. Mi♭ says:

    Votre composition est-elle de ce style ? :
    http://oliviermarron.blogspot.fr/2011/09/bernd-alois-zimmermann-sonate-fur-cello.html
    A-croches-ons nous !

  3. blogfadiese says:

    J’ai composé une petite pièce de quatre pages que ma fille a noté sur papier, rien de plus.

  4. Euterpe says:

    Aaaah ! Et si vous composiez ? 🙂

  5. ANDRE Véronique says:

    Bravo Françoise, pour aller au bout d’un rêve si noble….de toute façon tu l’as mérité!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :