Patrimoine

Arrive chaque jour au dépôt légal tout ce qui s’imprime dans la région. Cela va du livre , à la brochure, au bulletin, à l’affiche, au fascicule,  en passant par les publicités de toutes sortes. Codifiés, répertoriés, classés, les chercheurs de demain pourront compulser tous ces documents dans cinq cents ans ou dans deux jours.

La chapelle de l’ancienne abbaye de la Règle, chapelle qui n’a jamais été consacrée, car elle était inachevée en 1905, ( loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat  ) et qui de ce fait n’a jamais connu de culte catholique,  sert désormais  de bâtiment spécialement aménagé pour déposer toutes ces publications.

Elle avait déjà ouvert ses portes en 2007 et avait accueilli une vingtaine de personnes. Aujourd’hui nous étions quelques centaines, la visite dut s’organiser en deux groupes.

 

Des ouvrages datant du XVI siècle y sont archivés, notamment une Bible polyglotte, (écrite en araméen, grecque, latin, hébreux ) qui fut imprimée cinquante ans après l’invention de l’imprimerie (Gutenberg 1400-1468). Elle avait appartenu à un prélat humaniste, ouvert au monde,  (un cardinal espagnol si j’ai bien entendu )  Je n’ai pas eu le temps de la photographier, hop, elle fut remisée précieusement dans sa boite en carton.

 

 L’ouvrage ci-dessus : Don Quichotte de Cervantès en Espagnol.

Plusieurs étages, six m’a-t-il semblé, alignent des rayonnages riches de documents anciens.

Ou plus récents.

Cette administration travaille en étroite collaboration avec les Archives Départementales, la BFM, ainsi que la Bibliothèque Nationale de France.

Le dépôt légal a été crée en France par François I, (édit du 28 décembre 1537 ) en vue de contrôler les publications. Les autres pays européens ont suivi plus tardivement. La France conserve donc un riche et ancien patrimoine littéraire, que nos voisins nous envient.

Dans le même quartier si je puis dire, j’aurais été heureuse de revisiter une partie des souterrains de la ville (que j’ai déjà visités deux fois ) mais cela nécessitait une inscription préalable et, ne l’ayant pas effectuée pas manque d’information, je me contentai d’en admirer quelques photos au pavillon de l’Orangerie.

C’était donc la journée du patrimoine. Chaque année les citoyens et citoyennes sont conviés à  jeter furtivement un œil sur les trésors de l’Etat, seul jour où  celui-ci daigne entrebâiller quelques portes.

photosfa#_______

Publicités

4 Responses to Patrimoine

  1. MI♭ says:

    Il est 20h15 en ce vendredi 14 septembre 2012. La nuit tombe ; les réverbères deviennent de plus en plus utiles pour éclairer parkings et chemins caillouteux, peu faciles pour les fauteuils roulants.
    La haut sur la colline, sous une batterie de projecteurs électriques, la noble et vielle dame citadelle, fière et altière, déploie ses hauts murs d’enceinte en suivant le relief et ses a pics vertigineux.
    Étrange histoire : si hier elle montait la garde au profit des citoyens de ce lieu, aujourd’hui ceux-ci la protègent et la soignent avec beaucoup d’attention, d’autant plus que les édiles locaux ont réussi à la faire classer dans le patrimoine de l’Unesco parmi les chefs d’œuvre de la construction militaire dont Vauban avait le secret.

    A ses pieds la rivière du Doubs, trace des boucles qui font penser à une lyre naturelle, enfermant sur sa rive gauche, à l’intérieur d’un méandre, la vielle ville de Besançon.

    Ce soir là, 14 septembre 2012, j’étais avec l’épouse, aux pieds de cette forteresse haut perchée et éclairée avec beaucoup d’art. Sur le terrain d’une ancienne zone industrielle, coté rive droite, un immense chapiteau avait été dressé pour y accueillir les deux orchestres symphoniques du département, qui allaient faire entendre leurs talents moyennant une sono de forte puissance et une projection sur deux grands écrans, à l’occasion de l’ouverture du 65 ° festival musical de la belle ville de Besançon.
    Je n’étais que l’un des 6000 spectateurs, venu admirer et contempler deux des plus belles pages du patrimoine local et international. Prokofiev et son Juliette et Roméo étaient les deux autres composantes de ce patrimoine sans nom.

  2. marlie says:

    Une visite bien intsructive par grand soleil ! merci de la faire partager et bonnes viistes aujour’dhui encore ! Dans le Jura aussi c’est la grande fête des visites en tous genres…Il faudra venir voir une fois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :