Délices

citation

 

 » Le moment le plus agréable dans l’allée Cusson : de dix heures à midi. C’est un admirable lieu de lecture , cette allée surélevée au coeur du jardin des plantes, entre murs de verdures variées … »  Paul Valéry  (né à Sète 1871-1945)

Toujours cette attirance forte pour le jardin des plantes.

Pas de bruit.

nichoir

Seulement le gazouillement des oiseaux.

Et l’eau plate de la mare qui accueille quelques alevins, des poissons rouges qui nagent entre les nénuphars. A cette heure-ci on n’entend pas les grenouilles.

mare

Quelques rares promeneurs.

Tranquilles.

Autour desquels plusieurs enfants sages s’ébattent gentiment.

jardin

Et le doux bruissement des feuilles au-dessus de nos têtes.

Qui nous berce agréablement.

 arbre

Là-bas au fond les cactus résistent au soleil dans la serre surchauffée.

Je passe rapidement.

serres

C’est en rénovation , interdit provisoirement au public.

cactus

Puis m’assois et déguste les fruits achetés aux halles castellanes.

Des dattes d’Israël, quelques mangues séchées.

Certains s’isolent sur un banc sous l’ombrage d’une petite clairière.

Ils lisent, déjeunent, réfléchissent, écoutent les volatiles, bavardent peu.

Tout est paisible.

clairière

Le jardin a été fondé en 1593  par Pierre Richier de Belleval.

Il subsiste encore.

J’aime m’y promener chaque fois que je me rends à Montpellier.

Ce plaisir champêtre gratuit me donne toujours l’impression d’être  dans un autre monde.

fleurs

Un jardin des délices …

ruines

…  paradis terrestre  en ruines ?

photosfa#_______

Publicités

3 Responses to Délices

  1. jfsadys says:

    « Le jardin, c’est de la philosophie rendue visible. »
    de Erik Orsenna

  2. blogfadiese says:

    Merci mibémol pour ces vers rafraîchissants !

  3. Mi♭ says:

    Dans le parc.

    Pas de bruit mais des bruissements.
    Pas de sons, mais des gazouillements
    Pas de couacs ni de croassements,
    Tout juste des crissements sous les pieds
    du visiteur en goguette ;
    Pas de cris, mais des voix d’enfants, qui
    gentillement se divertissent et
    au loin quelques murmures
    de gens qui aiment ce qu’ils voient ou touchent,
    s’aiment, se prélassent et relaxent
    bercés par les volatiles qui sillonnent le ciel,
    les poissons qui se cachent sous les nénuphars,
    de la mare accueillante,
    les lectures, de Paul Valéry, peut-être,
    qui les font palpiter d’émotion,
    tout en goûtant, par ailleurs,
    le bienfait d’une ombre
    sur un banc projetée,
    par un soleil bienfaisant :
    un rêve paisible et ô combien délicieux
    en ces temps humides et froids !
    Un grand décor, tout en or et argent, Fa# !
    Quelle ambiance,
    Quelle délice, toute printannière !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :