Hêtre

hêtre

Mes racines ne plongent pas très profond, mais restent à la surface  de l’humus et recherchent les nutriments ainsi que l’eau pure nécessaires à ma croissance. Mes branches s’élèvent au plus haut quêtant avidement l’éclat de la lumière. Lors des grandes migrations d’ oiseaux, les palombes viennent se reposer sur mes branches et se nourrissent de mes fruits, les faînes. Les êtres en haillons, pauvres gueux indigents et dépenaillés pourront trouver refuge à l’ombre de ma ramure majestueuse, digne cathédrale de verdure, et se rafraîchir sous mes simples feuilles luisantes, de forme ovale, lisses et tendres, recouvertes de poils fins. Reprenant des forces en s’appuyant contre mon fût cylindrique bien droit, effleurant mon écorce cendrée, je saurai les revitaliser. Insolite échange, étrange contact comme une osmose invisible et silencieuse où nulle parole ne sera prononcée mais où la sève vitale, essentielle, sera donnée généreusement en toute simplicité. Qui suis-je ? Mais que puis-je être d’autre que le hêtre. Naturellement !

feuilles

photosfa#______

Publicités

10 Responses to Hêtre

  1. marlie says:

    Comme on doit être bien sous ces frondaisons !

  2. Mi♭ says:

    A force de monter vers le sommet de l’hêtre, on arrive dans les airs des êtres célestes et si je ne confond pas la corde de bois avec la corde vocale, toutefois « avec une larme fugitive », chantée par Pavarotti, (histoire de voir de quelle voix il s’échauffe) je vous propose un elixir pour mieux goûter encore la sérénité des lieux, ici et ailleurs :

    Una Furtiva Lagrima from L’Elisir d’Amore.
    http://www.youtube.com/watch?v=Fh2Vh8jwyQALuciano Pavarotti sings Donizetti’s

    Clair ou dur, ce bois n’en finit pas de nous mette aux a-bois !

    Bis…

  3. jfsadys says:

    Merci Mi♭ de votre lien alléchant. Une véritable invitation au voyage et au dépaysement tout en restant en France. J’aime beaucoup ça.

  4. Mi♭ says:

    Qu’il doit être agréable de se promener sous les 5400 hêtres du lac d’Agès à Hagetamau, JFSadys !

    Pour ma part je vous suggère une nuit perchée, presque dans la canope de nos chênes antiques, à 5 ou12 mètres du sol, dans des bien belles et originales cabanes en bois vous avec la possibilité de dormir et de découvrir les richesses de la Franche-Comté ! Emotions, sesations, souvenirs garantis.
    Si vous avez des crampes, pour monter si haut, au raz des flots vous trouverez votre ilot, havre d’une ou plusieurs nuit, accès en barque exclusivement, avec gilet de sauvetage de préférence.
    http://www.cabanesdesgrandslacs.com/un-petit-paradis_2_.html

  5. Mi♭ says:

    Au delà de l’écorce …

    il y a un arbre, un tronc, une ramure, une frondaison,
    bref, une vie abondante riche et pleine d’avenirs…

    L’arbre se dresse, s’épaissit, et s’épanouit.
    se penche et s’épanche,
    puise et s’épuise à
    s’élever et même à élever.
    L’arbre protège et abrite,
    menace et parfois s’écroule,
    à moins qu’on ne l’abatte
    pour raisons économiques.
    S’il tombe, involontairement,
    il peut écraser et entraver,
    barrer la route mais pas se barrer,
    son sort n’est pas merveilleux,
    dans ce cas, buches ou humus,
    deviendra.

    Sous le vent,
    il se metra au diapason de ses voisins :
    avant de devenir, par la main de l’homme,
    douce flute ou flutiau ou
    autre bel instrument à cordes ou à vent,
    il crissera, il geindra et
    à sa manière il chantera et résonnera comme un écho
    mystérieux, étrange et envoutant.

    Dans le calme de la forêt, on captera son
    murmure et entendra son susurrement
    et toutes les légendes
    au cours des siècles,
    sous les cieux de tous les pays,
    compilées.
    Belles et douces mélodies
    pour nos esprits las et
    endoloris

    Quant il souffle, à la torture soumis,
    pauvre arbre,
    il grondera,
    se tordra et tordra
    ou détordra!
    il cognera et se cognera ;
    il buttera et culbutera,
    il rebutera, même:
    finies les harmonies
    apaisantes, place aux nœuds,
    pour lui et pour nos estomacs

    Nouer, dénouer ou renouer, se dépouiller
    pour résister et même persister ;
    et ainsi reverdir souvent,
    d’année en année, c’est sa vie.

    Et si d’aventure, il n’en peut mai,
    il végètera ou déclarera forfait,
    sous l’effet du gel,éventuellement,
    il sèchera et se dessèchera
    il perdra vie et nous attristera
    le bel hêtre.

    Dans un dernier sursaut,
    avant de rendre âme
    il acceptera de devenir braises et cendres
    pour chauffer, embraser
    corps et âmes d’autres êtres
    avec sa belle flamme.

    Etc..

  6. jfsadys says:

    … et un bois solide…

    • blogfadiese says:

      Ouh là là mibémol quelle belle verve sylvestre métaphorique.
      Décidément ce bois dur jfs, nous inspire de beaux moments.
      Bon, on ne va pas en attraper des crampes d’estomac …..

  7. blogfadiese says:

    Oui, c’est un beau bois clair jfs.

  8. jfsadys says:

    Je crois bien que le mot hêtre vient du mot latin fagus. Il y a un gros village des Landes qui s’appelle Hagetmau. Le nom de ce villlage est une déformation du mot hêtre. Il y a beaucoup de hêtres dans ce coin des Landes. La spécialité d’Hagetmau c’est la fabrication de chaises et de meubles en bois de …hêtre.

    http://www.hagetmau.fr/hagetmau/web/index.php/decouverte_intro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :