Vain

nuit

ECRIVAINE
Légèrement penchée en avant sur son bureau, elle écrit dans la nuit. La fenêtre, bien que noire à cause des volets qu’elle ne referme jamais, reste toujours ouverte sur l’obscurité du dehors. Elle ne tire pas non plus les rideaux délavés par le soleil. Le cri d’une chouette, le frémissement des feuilles, le clapotis de la pluie, la course lente de la lune dans le ciel sont ainsi à sa portée. Elle les surveille, les guette, les attend, les redoute. Parfois après s’être levée, elle actionne la poignée et tire le vantail pour respirer l’air froid de l’extérieur. Humant les parfums acres de la nuit glacée , humide, inhospitalière, terne et triste, elle constate que les voisins semblent dormir car aucun raie de lumière ne filtre autour des ouvertures.  Se rasseyant après avoir refermé la fenêtre, elle reprend sa réflexion. Par où commencer ? Quel point de vue adopter, quel parti prendre ? Sous quel angle décrire les événements ?  Plusieurs pistes s’offrent à elle,  mais c’est la plus juste qui l’intéresse vraiment, la plus pure, la plus authentique. Aura-t-elle assez de temps pour ramasser ses idées et faire ressurgir les souvenirs intacts, comme si c’était hier. Au lieu de tout oublier, elle s’attable encore, laborieuse.

texte
« Le moment le plus agréable dans l’allée Cusson de dix heures du matin à midi. C’est un admirable lieu de lecture, cette allée surélevée au cœur du jardin   des plantes, entre deux murs de verdures variées … »   Valéry-Larbaud, Jardin des plantes, Montpellier

Quant à moi, je ne suis pas sûre d’aimer lire dans le jardin, trop de distractions,  je préfère m’y promener en regardant tout autour de moi, et laisser émerger les impressions, souvenirs, pensées.  Après avoir arpenté cette allée Cusson qui, en elle-même, contrairement à l’auteur précédemment cité,  me laissa de marbre, j’observais les alentours qui, eux étaient magnifiques. Je ne m’en lassais pas.

jardin

Elle est là-bas, en haut des marches, cette fameuse allée.
Bon, mais laissons cela, reprenons … restons dans le sujet.

photosfa#______________

 

 

Publicités

5 Responses to Vain

  1. jfsadys says:

    « Ecrire est encore le meilleur moyen de parler sans être interrompu. » (Jules Renard)

  2. MI♭ says:

    Encore une belle page pour votre futur bouquin.

    • blogfadiese says:

      Exact mi bémol arriverai-je au bout ?

      • MI♭ says:

        Tout dépend du choix éditorial : commencer par une « courte » nouvelle pour tester le « marché » et se faire une trésorerie pour lancer ensuite un roman plus important et enfin se jetter dans l’aventure de la tranformation de l’essais en oeuvre ; dans ce cas on n’arrive jamais au bout tant que la main peut transcrire ce que l’esprit peut imaginer d’aventures…
        Bénie soit votre plume !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :