Gazouillis

 

 

lilas
Je baissais le son de la télévision. Les voix des journalistes s’éteignaient une à une, lorsque l’aboiement rauque d’un chien isolé, vint troubler les multiples gazouillis des oiseaux de printemps qui se glissaient par la fenêtre grand ouverte. Je les écoutais avec plaisir. Cette dissonance passagère fut rapidement résolue par un souffle de vent provenant de l’horizon ouest. Le jappement cessa. Les chants reprirent de plus belle. Gais. Vifs. Naturels. Spontanés. Vrais. Francs.

Dans la nature rien n’est accordé et pourtant tout est accordé.
Il en va bien autrement dans la vie des hommes.

 

foule

 

photosfa#___________

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :