Hamster

 

broderie

PORTRAIT – 11-

Elle avait beau augmenter le son de la TV, des bouts de conversation lui échappaient car il parlait en avalant ses mots et en regardant ailleurs, pas face au micro. Comme toujours. A ses yeux, on pressentait qu’il devait mentir à certains moments.

Qu’avait-elle retenu de cette interview où la caméra jouait à cache-cache avec le personnage?

A plus de quatre-vingt-cinq ans il siégeait au Sénat. Il avait passé l’essentiel de sa vie à réfléchir pour tenter d’expliquer. Expliquer quoi ? La politique qu’ils pratiquaient entre amis à la sortie de Sciences politiques. Il incarnait l’autre gauche, son meilleur ennemi ayant été un ancien président de la République qui l’avait pourtant nommé premier ministre. Mais ils étaient de constitution intellectuelle différente. Sans haine, leur façon de penser divergeait. Pouvaient pas s’entendre.
Il précisait également, qu’il avait fréquenté pendant quarante ans de face à face politique, un ancien président, qui, paradoxalement, le trouvait trop à droite.

On ne comprenait pas très bien d’où lui venait sa vocation politique. De son milieu protestant ? De la lecture de l’évangile ? De son expérience d’adolescent révolté à la vue des déportés de retour des camps ? Il savait pour l’avoir lu, qu’il n’était pas facile à un chameau d’entrer par le chat d’une aiguille etc … Etait-il pauvre celui dont la célèbre petite phrase fut maintes fois retenue et employée par ses adversaires : « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. »

La France justement.
Imaginez qu’en 14- 18, 80% des hommes mobilisés sur le front, parlaient des langues régionales différentes, le breton, les patois, l’alsacien, le savoyard, et d’autres. Ainsi l’unité d’un pays si divers avait été le fruit d’une fabrication militaire, d’après lui. Ce qui expliquait que les Français gardait une méfiance constante vis à vis du pouvoir central. (pas sûr que ce soit la bonne explication)

Pourquoi n’avait-il pas choisi De Gaulle au lendemain de la guerre de 45 comme d’autres l’avaient fait ? On peinait à saisir les raisons qu’il donnait mêlant plusieurs plans à la fois. Il s’embrouillait dans des explications remontant à une adolescence révoltée et rebelle face à un père qui exigeait d’autres études pour lui. Et puis les discussions avec un contre-maître chez qui il travaillait pour payer ses études lui avait donné l’occasion de voir la France côté « ouvrier ». (trop alambiqué pour être crédible ). Il bredouillait encore quelque chose d’inaudible par rapport à l’Assemblée. (rien, compris)

Actuellement.
Vie privée et vie publique n’étaient plus étanches. Il s’en désolait. La transparence en prenait un coup. Lui-même en ayant fait les frais jadis. On le sentait embarrassé sur ce sujet.

L’économie.
Il comparait le chômage au Sida qui restait sans traitement ! (vraiment court comme analyse , curieuse comparaison )
Il reconnaissait au président précédent qui l’avait sollicité, des qualités indéniables de courage, d’intelligence, tout en lui reprochant son impulsivité, ainsi que la discontinuité de son action. Il s’était heurté à une machine étatique lourde difficile à remuer. Il avait été battu aux élections davantage sur son style que sur ses idées.( non, ce n’est pas ça, c‘est beaucoup plus que cela) Très antagoniste avec son successeur , qui n’aurait jamais dû promettre le retour de la croissance, (quelle présomption) , les deux présidents  ne se comprenaient ni ne s’estimaient.

Le premier ministre actuel serait-il l’héritier de la nouvelle gauche mendésiste de jadis ? Ce dernier occupait un poste aux multiples facettes sans avoir jamais mis le nez dans l’économie (!!??) nous avouait-on. De nos maigres connaissances d’en bas, on s’en était malheureusement aperçu! Très ennuyeux tout de même. Il excellait dans le copié -collé (autrement dit du réchauffé ) dans ses discours, c’est dire s’il était en mesure de proposer des idées nouvelles pertinentes et adaptées à la situation. On apprenait à cette occasion que le troisième fils de l’interviewé travaillait au cabinet de ce dernier en tant que conseiller, par conséquent, il devait servir de trait d’union entre celui-ci et celui-là.

L’Europe.
Elle se meurt à cause de l’Angleterre paraît-il, et de la trop grande intégration des autres pays européens en son sein. Quant à l’Euro , la monnaie européenne n’aurait pas de commandement, nous dit-on.
Et le reste du monde?
Les pays émergents ont émergé. Cela fait cinq cents ans que l’Europe domine le monde c’est en train de changer, et d’ici vingt à trente ans la moitié de la production mondiale sera fournie par ces pays, d’où l’urgence de bâtir l’Europe comme un bloc solide paré à résister. (sur ce point il a raison)

Enfin, aux questions apparemment banales de la fin d’émission, il répondait que le moment de la journée qu’il préférait était un dîner tranquille, qu’une de ses qualités était la ténacité que contredisait son faible intérêt pour les conflits entre les personnes.
Se considérant comme un double miraculé, la mort n’effrayait pas « hamster érudit », surnom qu’on lui avait donné aux éclaireurs dans son enfance.

Pourquoi avait-elle cette impression persistante de dérobade à certaines questions qu’on lui avait posées. Des réponses intelligentes, certes, mais à la marge, en périphérie des vrais sujets ? Le fond n’aurait -il jamais été compris réellement ?

 

transat

Encore un qui nous aurait mené en bateau sans le savoir ?

photosfa#________

 

 

Publicités

5 Responses to Hamster

  1. jfsadys says:

    Il manque quelque chose d’important à ce portrait: il a calmé le jeu en Nouvelle Calédonie et il a évité que le sang ne coule sans fin. Et je crois bien qu’on y est encore sur l’équilibre fragile qu’il est arrivé à mettre en place alors entre des communautés très différentes aux intérêts très différents. Il n’a jamais été médiatique pour les raisons soulignés dans son portrait: ses difficultés à s’exprimer, ses contradictions internes, son mal-être intérieur, un peu comme un personnage de film de Bergman nourri au lait protestant névrotique. Peut-on aujourd’hui réussir en politique si on n’est pas médiatique? Si on ne passe pas bien à la télé? Si on ne réussit pas l’examen à la loupe grossissante de l’objectif de la caméra? C’est qu’aujourd’hui il y a des millions de FA# partout dans le monde qui examinent, analysent, décortiquent les images véhiculées par les médias. Terrible miroir de l’âme humaine qu’est devenue la télé. Je crois bien enfin que son père est considéré comme le père de la bombe atomique française.

    • blogfadiese says:

      La bombe atomique n’est pas vraiment un progrès pour l’humanité.
      Les Français feront confiance au pouvoir central lorsque celui-ci proposera des réformes vraiment dignes de l’homme et de la femme et dirigées vers tous les hommes et toutes les femmes.
      Pour la Nouvelle Calédonie ce que vous dîtes est sûrement vrai , je n’en sais rien.
      Les individus homme ou/et femme qui examinent à la loupe ce que disent ou ne disent pas les médias, cherchent à en savoir plus sur les propositions des uns ou des autres. Nous aussi on cherche à comprendre à travers ce qui nous est donné comme information.
      Je crois qu’actuellement les progrès fulgurants des moyens d’information ont pris de court les décideurs et les puissants de ce monde. Il ne leur sera plus aussi facile qu’avant de tenter de cacher les ressorts du pouvoir. Malgré le danger réel que représente la montée en puissance des nations émergentes il faudra bien que tout cela s’équilibre ou alors ça sera la ruine de 98% des humains au profit de 2 ou 3 % du reste des humains. C’est impensable sauf pour satan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :