Reine

 

couronne

PORTRAIT – 12-

Elle prononça son premier discours à l’âge de 14 ans, choisissant le devoir au bonheur, décidant d’ avoir la force de respecter ses engagements, prenant garde à ses paroles car les gens s’en souviennent. Depuis son enfance, elle vit dans un château, se balade à cheval ou en voiture dans les jardins, en carrosse à l’extérieur pour que les gens la voient. Elle porte des chapeaux, des tailleurs de couleurs vives pour être visible. Son père , très timide, mort jeune, bégayait. D’apparence un peu sèche un peu rigide , on lui prête pourtant une certaine amabilité.
Elle tomba amoureuse dès l’âge de 13 ans, nous dit-on, d’un officier de la Navy, un prince lui aussi. Le mariage fut célébré en 1947, à l’abbaye de Westminster. Quelques années plus tard, elle régnait succédant à son père Georges V. De son premier premier ministre elle déclara ne pas le connaître, «  c’est un gamin » aurait-elle dit. Ils vécurent les terribles années de la deuxième guerre mondiale.
On lui prête une grande intelligence, une bonne mémoire, une soif de s’instruire et de connaître les dossiers qu’elle lit attentivement. Elle sait ce qui se passe dans le monde. Elle écoute, pose des questions, ne donne pas de solution, préférant rester neutre. Lors des grèves des mineurs, réprimées brutalement, elle se fit des ennemis, car elle demeura silencieuse. Personne ne connaît vraiment ses opinions politiques. Cependant le premier ministre la rencontre chaque semaine et son avis compte, mais leur conversation n’est jamais évoquée publiquement. Au décès tragique de sa belle-fille son mutisme fut mal perçu. Ce manque de sensibilité irrita le peuple qui pourtant l’adule.
Un témoin journaliste nous dévoile un pique-nique partagé avec la reine, un repas pris dans des assiettes en plastique à la bonne franquette, à la campagne, en toute simplicité. Elle aime le chocolat et boit d’un apéritif bien connu pour se donner un « coup de fouet », lorsque ses forces faiblissent. Rarement détendue, elle travaille tous les jours, précise-t-on.

À 90 ans, dans son palais de Buckimgham, ils se taquinent souvent avec le prince, mais finalement on ne sait pas qui se cache derrière le palais doré. Une reine ? Une fille de la campagne comme la décrit un journaliste, une femme de devoir imperméable, une influente, une icône, un mythe, un symbole intouchable ?

Elisabeth règne sur le temps, c’est le règne de la longévité écrit au chapitre de diamant…. Conclut le journaliste chargé de dresser un portrait recevable par des millions de téléspectateurs avides de conte de fée soi-disant.

Angleterre

 

Au fond , sur qui, sur quoi règne-t-elle ?

photosfa#_________

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :