Samouraï

 

broussailles

 

SAMOURAÏ

Il ripaille et godaille.
Puis rouscaille et recrache la limaille.
La canaille sème la pagaille
Mitraille la marmaille
Puis piétine les belles cailles.
Qu’il crible de balles.
Repue, la racaille danse la passacaille
Sur la rocaille bien dissimulée derrière les broussailles.
Jetée sur les rails
Cette sale volaille pourrira sur la paille.
À moins qu’elle ne serre encore Versailles dans sa tenaille.
Maille que maille.
On détricotera sa côte de maille.
Parce-que dans la bataille on a trouvé la faille.
Qu’il braille, qu’elle braille
Vaille que vaille.
Viendra le temps des retrouvailles.
Pour de nouvelles semailles.
Qu’elle s’ensommeille à tout jamais dans son plus simple appareil.
Car désormais la maléfique corneille.
Semblable à ces vieilles noctuelles.
Perchées sur d’anciennes et laides poutrelles en ferraille
Choît.

Dans la funèbre et funeste corbeille.

Hérissée de tessons de bouteille.

Qu’on taille là-bas en Cornouailles et qu’on enfouit ici.
Sous la terre, derrière le portail.
Au décours d’un harassant, long et dur travail
Qui abîme tant le poitrail
Et use les forces du valeureux samouraï.

photofa#________

Publicités

5 Responses to Samouraï

  1. Colibri says:

    C’est aussi beau que du Jules Renard.
    http://calestampar.org/spip.php?article749

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :