Vacances

 

Vacances en Vendée, après avoir passé quelques jours à La Rochelle, invitée par des amis d’enfance.

J’aime la douceur des côtes vendéennes, le bleu modéré du ciel et de la mer.

J’aime les marées que je ne retrouve pas en Méditerranée.

Ce mouvement perpétuel est un spectacle à part entière.

Flux et reflux, qui découvrent une immense plage évoquant l’éternité, la plénitude, le calme.

J’aime les pinèdes odorantes sillonnées de pistes cyclables, petits sentiers tranquilles.

Sans voiture, sans bruit, sans foule.

De nombreux souvenirs d’enfance remontent à la surface ….

Plaisir.

 

Publicités

5 Responses to Vacances

  1. Colibri says:

    Vous devriez écrire tous les jours Mi bémol. Un petit peu tous les jours. Vous avez plein de choses intéressantes à raconter. Et du talent pour le faire. 🙂

  2. Mi♭ says:

    Ma première rencontre océanique a eu lieu en 1960, je n’avais pas 18 ans, j’ai pu néanmoins être assumé comme moniteur de colo par mon diocèse contre gîte et couvert et trois sous d’argent de poche à la fin du mois, pas de quoi acheter les sandales usées à parcourir en long et en large les chemins de l’île, à travers prés salés et garrigues, sur le sable fin sur la cote Est et les rochers de granit rose à l’ouest, face au grand large, ou à l’infini ! L’or du bonheur !
    J’abandonnais ainsi la famille et troquais le dur labeur des chantiers d’été dans le Bâtiment, sur les traces paternelles, contre la grande traversée de la France, d’Est en Ouest, avec la SNCF et un mois de jeux iodés, salés, sablés, lumineux, étoilés et nacrés, enchanteurs, étincelants ou bleus de bleus .
    A Fromentine j’ai pris un gros bateau pour débarquer à Port Joinville, sur l’Ile d’Yeu ! Tout était programmé en fonction des marées pour que ce navire puisse s’amarrer au quai, parmi les rares thoniers, bateaux en bois avec des hauts mats, pleins de légendes incrustées dans leurs veines par les longues campagnes hauturières, ballotés par les flots et les tempêtes et marqués par la vie des marins perdus en mer. Oh ! A 17 ans on est encore insouciant et l’on ne mesure pas bien ce que ces sacrifices portent comme détresses et malheurs familiaux. Je ne m’attardais pas trop sur cet aspect à ce moment là et je garde aujourd’hui le souvenir de tous ces paysages traversés de jour et de nuit et le dépaysement final bercé par les flots Atlantiques : 30 km pour le terrien !
    Souvenirs des premiers hauts le cœur et vomissements pur les marins en herbe. Émerveillements néanmoins face à l’immensité bleue et à ses attractions, sur l’eau, sous l’eau et dans le ciel : écume d’eau du sillage du bateau, embruns salés caressants le visage, dauphins, thons et autres monstres marins se donnant à une course poursuite silencieuse avec le mastodonte d’acier ; mouettes, goélands et autres oiseaux inconnus virevoltants dans le ciel et faisant oublier le ronronnement des moteurs avec leurs cris qui se joignaient aux clapotis des vagues créés par l’avancée de la nef. Un mois de soleil, de bleus ciels et bleus marins, un peu de soucis pour veiller sur les ados et leur préparer des animations, mais que de promenades, de baignades, des rencontres ; que de rêves sur les flots avec un canoë et sa pagaïe ou sur la plage à l’ombre d’un tamaris et quelques tasses d’eau en prime, avant de savoir nager !
    Oui la Vendée je la découvrirai encore mieux plus tard, pirates et chouans céderont la place à un incomparable patrimoine architectural, un pays chargé d’histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :