Tournant

Ceux-ci bavardent à la « Brasserie du savoir », (brassent-ils du vent comme d’habitude ? ) , tandis que ceux-là osent une génuflexion devant le Saint-Sacrement caché dans le tabernacle de l’église du centre ville. Celui-là effectue la vidange du moteur de ma voiture pendant que cet autre livre les petits commerçants du quartier. Les enfants achèvent leurs vacances, ils jouent, bavardent, chahutent nonchalamment. Il va bien falloir qu’ils réintègrent l’école lundi, malgré l’épidémie provoquée par ce satané virus chinois qui aurait mieux fait de rester chez lui. Aucun cas décelé à ce jour, en Haute-Vienne, on n’ose croire que cela puisse durer.

L’évitement total est impossible à imposer sûrement, pourtant ça serait la meilleure façon de préserver les enfants du contact avec des porteurs sains, qui reviennent de vacances probablement contaminés sans le savoir.  Et puis il faut bien qu’ils engrangent des connaissances définies par les autorités éducatives.

J’attends au café littéraire jouxtant la BFM. Il vient d’être relooké pour la énième fois en vingt ans. Il n’a jamais vraiment bien marché. Un peu excentré de l’hyper- centre, les clients ne s’y bousculent pas, malgré une décoration régulièrement renouvelée, passant du rouge vif et couleurs éclatantes au style « écolo » , comptoir et chaises noirs, froid, brillant , malgré des dessus de tables en bois massif joliment veinés, plus chaleureux grâce à cette belle teinte miel. Les éclairages donnent à lire de curieux slogans blancs, drôles, bizarres, étranges, dérisoires, qui n’invitent pas à la réflexion mais qui sonnent comme des spots publicitaires sans intérêt. Sorte de gribouillages absurdes sous couvert d’humour. Sans imagination, sans profondeur. Sans lustre. Si on ne  lève pas les yeux, ils passent inaperçus. Inutile de les lire finalement.

« Brassons les neurones, croquons le digital, nourrir sa pomme »

Serions-nous à un tournant de quelque chose, d’une époque, d’une façon de vivre, de penser, de considérer la société ?

J’ai photographié ce beau vitrail de Francis Chigot, natif du Limousin,  au musée des Beaux-Arts.

photofa#_____________

 

 

7 Responses to Tournant

  1. Papi 2.0 says:

    Fa dièse, Mi bémol c’est toujours un plaisir de vous lire. Merci de prendre le temps d’écrire et de partage vos écrits. 🙂

  2. Mi♭ says:

    Guerres et misères ont souvent emporté ce que peste et choléra ou plu simplement tuberculose avaient épargné.
    Le dernier siècle, après la guerre de 1870 débuta bien mal et la grande guerre déboucha sur un court moment de liesse que l’on nomma la Belle époque, vite balayée par la grande crise financière et submergée par le fascisme et le nazisme, labels des égoïsmes du moment contre lesquels communisme socialisme et même populismes se heurtèrent.
    Une deuxième guerre mondiale bouleversa le monde.
    Suivirent les guerres d’émancipation du tiers-monde. Mais les totalitarismes s’y succédèrent sans mettre fin aux famines et à l’exploitation des plus démunis/ies, comme toujours, dans des bains de sang.
    Elles étaient belles les trente glorieuses qui nous semblaient éternelles !
    Même la croissance aujourd’hui recherchée, hier vilipendée n’a su combler la vanité de nos ambitions et de nos folles avancées basées sur la production d’armes dévastatrices, d’énergies dévorantes, de technologies asservissantes voire dévastatrices et catastrophiquement mortelles. Pauvres humains, sans cœur ni mains.
    Et quand mère nature se rappelle à notre insouciance elle s’appelle tsunami, désastre naturel et même nucléaire, HIV et aujourd’hui coronavirus. triste mère !
    La voix des prophètes n’a pourtant jamais manquée. Ce dimanche encore, il nous étai proposé la Transfiguration : celle de nos regards, celle de l’Amour, celle de la sobriété qui nous permet de partager les biens de cette terre et faire que chaque personne, Incarnation de Dieu, y trouve son compte, fût ce en acceptant les privations du moment (plus de rencontres ou rassemblements, plus de serrages de mains ni bises, plus de sorties, plus de spectacles ou de messes etc. …) confinements dictés par le besoin de nous préserver de ce maudit virus en forme de couronne !
    AVE Maria, ayons confiance et bon sens. La tranquillité reviendra.

  3. blogfadiese says:

    A vrai dire je n’en pense pas grand-chose. Toutefois, face à la virulence d’un sale microbe, la prudence impose la protection.

    Pour ce qui est de la politique, j’ai l’impression que la cause humaine avance sur des  » coups » de différentes natures, exemples:
    — avancées technologiques fulgurantes depuis 150 ans qui obligent une prise de conscience, une évolution et un changement de vie.
    — scandales : affaires Matneff , Preynat qui forcent la réflexion et mettent en lumière le côté « animal » des humains. Ce n’est pas nouveau, ça existe depuis la nuit des temps.
    — l’instinct de propriété et les intérêts de quelques-uns qui peut tout dévaster et provoquer famine, génocide, guerre, déportation … ça ne change pas, ex. la Syrie et ailleurs.
    — et surtout l’argent qui est  » le nerf de la guerre » qui conditionne tout.
    — la domination masculine dans tous les domaines, qui domine lui aussi largement; la part féminine n’étant jamais prise en compte dans les prises de décisions mondiales.

    Depuis plus d’un siècle on vit en état de « survoltage » tout est forcé grâce à la fée « électricité » je trouve cela excessif malgré tous les bienfaits immédiats qui en découlent , mais est-ce vraiment des bienfaits sur du long terme ? que deviendront les centrales nucléaires en l’an 2100 par exemple ? La radio activité qui augmente pourra-t-elle être maîtrisée ? Trouveront-ils la parade pour la contrôler ?

    L’histoire des partis politiques sera sûrement considérée comme anecdotique dans quelques siècles. C’était un moyen parmi d’autres pour prendre le pouvoir.
    Les plus forts s’en sortent toujours mieux que les autres que ce soit au niveau individuel ou collectif.
    Malgré toutes ces constations je reste optimiste, même si au fond de moi, il m’arrive d’être en colère, cet énervement cède rapidement le pas devant la sérénité de l’âge. Désormais j’évite les situations conflictuelles et les accrochages inutiles avec mes proches, je prends mentalement mes distances tout en restant physiquement très présente.

    Bonne journée, je vais terminer la peinture de la dernière paire de volets de la maison et j’en aurai enfin fini avec cette satanée peinture, puis je me remettrai au jardinage … à dose homéopathique …

  4. Papi 2.0 says:

    Je teste sur votre blog un texte que j’ai bien envie d’envoyer au JP de Limoges:

    Nous devons apprendre à ré initialiser le disque dur de nos certitudes. L’effondrement de l’ex URSS nous a été annoncé comme la fin de l’Histoire et le triomphe de la démocratie. L’élection démocratique de Poutine, Trump, Erdogan, Bolsaro, Johnson et bien d’autres élections démocratiques par ailleurs dans le monde nous invitent à tempérer notre enthousiasme démocratique. L’effondrement de l’ex URSS s’est fait sans violence, sans guerre civile, sans massacres de masse, sans déportations de masse vers la Sibérie. La réunification de l’Allemagne s’est faite elle aussi sans violence sans guerre civile sans camp de ré éducation. Les partis communistes d’Europe se sont considérablement affaiblis ainsi que les partis socialistes par ricochet. Les questions qui se posent aujourd’hui: jusqu’où les droites vont-elles se déchirer entre elles? l’Europe peut-elle imploser comme l’ex URSS et l’ex Yougoslavie? Les débats publics de notre époque sont souvent sur l’immigration, l’insécurité, le chômage, le trou de la sécu, les retraites, l’école, le terrorisme, l’islamo-fascisme, la burqa, le voile, le nikab, le burkini, le grand remplacement. Et puis voilà soudain qu’un virus de la grippe plus méchant que celui que nous connaissions jusqu’à présent envahit nos écrans de télé, nos écrans d’ordi, nos écrans de smartphone. Il se répand à une vitesse incroyable. L’Evêque nous donne de nouvelles consignes pour nos rencontres et nos messes: ne vous touchez pas, ne vous embrassez pas, ne vous prenez pas dans les bras. Nous observons le prêtre: il tousse beaucoup, il se mouche, il n’a pas de gants. Est-il bien prudent d’aller communier? Depuis quelques jours je fais les courses en grande surface entouré de personnes de plus en plus nombreuses à porter des masques, des gants. De plus en plus de personnes refusent de me serrer la main, de m’approcher. Des écoles ferment et renvoient les enfants chez eux. Des Epahd refusent aux adultes de rentrer voir leurs parents. D’anciens élèves me disent « ils vont fermer ma salle de sport, mon salon de coiffure, mon magasin ». D’anciens collègues se demandent s’il faut poursuivre les activités chorale. Israël refuse que notre prêtre et ses pélerins viennent en Terre Sainte. Le voyage est annulé. Est-ce que tout cela va faire pschittt et s’arrêter aussi vite que c’est parti ou prendre encore plus d’ampleur? Comment dois-je me comporter avec mes enfants et petits enfants? Est-ce bien prudent d’aller voter le week-end prochain? Ce soir je suis inscrit à un grand repas organisé par une association humanitaire dois-je y aller ou annuler? Je suis en âge de mourir de cette nouvelle grippe. Ah zut de zut je commençais à aimer la vie que j’ai. Je suis pas prêt à la quitter . Mon Dieu laissez-moi vivre encore un peu. Voilà que moi aussi je suis obligé de ré initialiser le disque dur de mes convictions. Mais vous qui me lisez que pensez-vous de tout cela?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :