Bois

 

Dans la moiteur et la douceur d’une météo contrastée,
à défaut d’être contestée, ce que l’on ne peut guère faire,
ces bouts de bois s’empilent et s’ajustent lentement, patiemment.
Taillés, rabotés, lissés, parfaitement identiques, sans aucune aspérité,
Ils se prêtent au jeu des combinaisons infinies voulues par ceux et celles qui les manipulent,

créant ainsi des formes géométriques aux multiples possibilités.
Dextérité, recherche , imagination, logique.

Méditation constructive.
Précis d’équilibre.

Bel été, paisible, familial, méditatif, joyeux, coloré.

photosfa#_______

 

Regard

 

Ange ou aigle.
Loriot ou chardonneret.
Merle ou pie jacasse.
Bouvreuil ou mésange charbonnière.
Pic-vert ou chouette revêche.

Ange ou aigle.
Alouette ou busard cendré.
Pinson des arbres ou moineau domestique.
Hirondelle de fenêtres ou choucas des tours.
Rouge-gorge ou grive musicienne.

Ange ou aigle.
Son regard glaçant toise et domine.
Sans pitié.
Ange ou aigle.
Son regard perçant tendu à l’extrême.
Fixe et capture ses proies.
Sans faille.
Ange ou aigle.
Le rapace cruel, ravisseur.
N’inspire pas confiance.
Aigle ou roitelet.
Niche-t-il au palais?

 

Ce blog prend quelques vacances

afin de jouir en toute quiétude

des rencontres familiales tant attendues …

photosfa#_____

 

Menthe

 

Menthe et ciboulette.
Géranium et bégonia.
Lupin et œillet d’inde.
Persil et basilic.
Violette et groseillier.
Iris et cassissier.
Dalietta et achillée.
Hémérocalle et frêne.
Laurier et buddleia.
Alysses et coquelicots.
Lierre et hortensia.
Tout se côtoie dans mon jardin.

Ah enfin un peu de temps

après ces révisions intensives qui m’ont rapporté une mention « Bien », ça fait toujours plaisir.

L’été s’annonce -t-il sous le signe de la canicule ?

Cherchons l’ombre afin de ne pas rôtir sur place.

L’ombre et la lumière c’est le perpétuel combat qui s’offre à nous presque quotidiennement.

Il s’invite à notre insu, restons vigilants, malgré la pause estivale.

 

photosfa#_______

 

Hémérocalle

Mais oui l’hémérocalle existe, elle a fleuri ce matin même.

Demain sera-t-elle déjà fanée?

S’ouvre et se referme, et revient et repart.

C’est la valse perpétuelle.

Qui jamais ne finit.

Suivant les saisons elles sont plus ou moins colorées, plus ou moins nombreuses, plus ou moins dressées.

Si la pluie ou le vent ou la chaleur ne l’écrase pas elle se donnera pendant quelques heures encore, puis tombera doucement flétrie fanée.

On dirait qu’en politique certains n’ont même pas le temps d’éclore que déjà ils s’en retournent. Etrange ballet.

Cependant,

à force de purges et de saignées

le patient finira par rendra l’âme.

C’est sans doute ce qu’ils cherchent.

Mais qui sont-ils? Qui agit en coulisse ?

Basta.

Pour l’heure admirons la couleur chaude des pétales épanouis avant d’observer l’éclosion d’une autre fleur, ailleurs, autrement.


Confiance , défiance.

Les citoyens résistent silencieusement.

Sont polis finalement.

Font pas de bruit, pas de vague, rien que de la retenue.

N’ en pensent pas moins.

 

photosfa#_________

 

 

 

Danse

 

Ouvrir la porte, fermer la fenêtre.
Revenir sur ses pas, repeindre le gazon.
Tondre la porte du garage.
Euh … ne pas perdre la tête.
Redire sans insister, ne pas répéter.
Que reste-t-il du ballet que j’ai vu ?

Des corps opaques, des enchaînements fluides.
Une musique récente, contemporaine.
Parfois obsédante, répétitive, par intermittence.
Des gestes souples, en mouvements précis.
Une lumière tamisée, gris, bleu, crème.
Des danseurs noirs et blancs.
Des étoiles nacrées, tournées vers le soleil, l’éther voilé.
La lune, l’espace.
Sept boîtes juxtaposées, un arbre dedans, au milieu.
Olivier, figuier, pommier ?
Pommier peut-être, décor surréaliste.
L’infini, la recherche, les sciences.
Des corps essoufflés aux postures maîtrisées.
Le souffle de l’univers, l’étude , l’attente.
Des bras tendus, vers quoi ?
L’inatteignable ?

Ils sont venus, ils ont dansé, ils sont repartis.
Ils reviendront, ici ou ailleurs.
Suspendus.
C’étaient des corps flottants non identifiés.
Un très beau spectacle.
Vraiment.

 

 

 

photosfa#________

 

Temps

Le temps n’est pas un vide à combler très vite de cailloux pesants ou de vains animaux s’agitant comme des crabes au fond d’un seau.

Le temps est une nécessité lente.

Un trésor sans prix.

Laisser sa chance à la réflexion …..

Ces phrases censées sont de l’auteur de la chronique que vous pourrez lire sur le site suivant :

http://www.la-croix.com/Debats/Chroniques/Prendre-temps-Bruno-Frappat-2017-05-20-1200848707

 

photosfa#______

 

Grillon

 

GRILLON

La soirée printanière

nous offre ce soir

le bonheur d’entendre les grillons.

Leurs stridulations régulières bercent la nuit qui s’avance dans l’air frais du moment.

Ah! que la saison nouvelle est la bienvenue.

Comme elle nous fait plaisir.

Plénitude que cette paix du soir si souvent désirée et ardemment chérie.

Demain sera le premier  jour d’une autre époque.

photosfa#_______