Bol

 

Prendre un grand bol d’air en respirant la brise du grand large, voilà qui est bénéfique et salutaire.

Je redécouvrais  le port de Sète avec un plaisir immense.

Une splendide  journée très ensoleillée nous accompagnait à chaque instant, et l’atmosphère marine vivifiait nos corps tout en purifiant nos esprits.

Ce délassement authentique surpassait largement la tentation morbide d’un possible délaissement quotidien.

La profondeur de champ qu’offrait la vue panoramique du haut du Mont Saint Clair, nous invitait à jeter sans hésiter toutes les scories et toutes les pesanteurs dont on nous accable si nous n’y prenons pas garde.

Ma tête s’allégeait, mon esprit s’élevait, mon âme était portée vers l’action de grâce.

Je devrais déménager …

photosfa#________

Voix

 

 

CORRESPONDANCE
La voix convaincante affirmait que les pourparlers étaient en bonne voie.
D’un filet de voix il décrivait la voie étroite.
Marmonnant d’une voix sourde, il se dirigea vers la voie de garage.
Sa voix autoritaire éclatait sur la voie publique.
D’une voix discrète il disait choisir la voie privée.
D’une voix blanche il indiqua qu’il marchait à contre-voie.
Sur une voie classée il parlait d’une voix terne.
Sa voix cassée se perdait dans les broussailles d’une voie abandonnée.
Une quatuor de voix polyphoniques chantait sur la route deux fois deux voies.
Sa voix métallique ricochait au milieu des voies ferrées.
Une voix céleste entraînait la foule vers la voie lactée.
D’une voix confuse il tenta de démontrer l’entremêlement des voies de gauche avec celles de droite.
La voie d’eau s’ouvrit au son d’une voix fluide.
D’une voix prudente il les préserva d’une voie sans issue.
Sa voix paisible indiquait la direction d’une voie sûre.
Sur les voies anciennes et nouvelles résonnait une voix juste.
En voie de disparition il baissa la voix.
Il fut long à trouver sa voie avouait-il d’une voix joyeuse.
Et elle ?
Resterait-elle sans voix sur la voie déserte ?
Que non !
D’une voix claire et heureuse elle annonça qu’elle prendrait la quatrième voie pour attraper enfin sa correspondance.

À bientôt.

 

photosfa#______

Sortir

DSCN6114

En dépit des multiples péripéties ennuyeuses qui polluent l’atmosphère,

les pissenlits sortent leur nez, à des endroits insolites parfaitement improbables.

Entre trottoir et bitume ils poussent comme si de rien n’était.

La vraie vie se moque pas mal des ragots, des mensonges et des petitesses.

De querelles en coups bas, la vie de la cité est amputée des vrais projets politiques s’accordant avec la vie des gens et la protection de l’environnement.

Ces pauvres fous n’en finissent pas de ronronner autour de tristes et malades auras personnelles en s’aveuglant eux-mêmes.

Le peuple très désabusé assiste impuissant à ces tristes échanges pitoyables.

Seules quelques fleurs peuvent encore ensoleiller nos matins nauséeux et rendre un peu de lumière à toutes leurs bassesses et lâchetés.

Bienheureuse  nature qui pousse en silence sans jamais lasser personne.

Annonce

 

Sable et cendre.

If et safran.

Trèfle et teck.

Chêne et pin.

Bouleau et châtaignier.

Giroflée et carambole.

Muscade et cardamone.

Gingembre et sel marin.

Ficus et capucine.

Hêtre et charmille.

Saurons-nous les reconnaître juste en observant leurs feuilles?

Vu ce matin un premier papillon jaune voletant à ras de terre.

Il annonce la belle saison qui revient et que nous attendons toujours avec impatience.

C’est de  bon augure.

photova________

Seconde

 

rose

Pas une seconde à moi, pas de répit.

Chaque instant est occupé inlassablement.

Vacances … vacances … vacances … ?

Quand vais-je pouvoir m’échapper ?

plage

Mauvaise

 

fleur

 

MAUVAISE

Pourquoi avoir qualifié cette herbe commune de mauvaise ?
En quoi porterait- elle le mal, véronique ?
Mais qui donc est-elle ?

Véronique est une femme pieuse de Jérusalem, qui, poussée par la compassion lorsque Jésus-Christ portait sa croix au Golgotha, lui a donné son voile pour essuyer son front.
Jésus accepta et après s’en être servi, le lui rendit avec l’image de son visage qui s’y était miraculeusement imprimé. Grâce à ce linge elle aurait guéri l’empereur Tibère de la lèpre.
Or, la véronique officinale était utilisée autrefois en application sur les plaies des lépreux. La fleur de véronique était comparée au Moyen-Âge à l’empreinte du Christ (verum icon « vraie image ») car elle dessinait un visage rudimentaire avec les deux anthères figurant les yeux.
Les scientifiques qui écrivent des ouvrages documentés n’en ont cure, ils n’adorent que leurs expériences. De quels adjectifs seront-ils affublés par les générations futures, si elles ont le temps de venir au monde, comment qualifieront-elles  toutes leurs hérésies,  toutes leurs erreurs,  tout leur mépris pour les connaissances anciennes,   tout leurs excès ainsi que leurs immenses gâchis ?
Véronique un herbe ordinaire, pas savante, discrète, pas mauvaise, plus utile qu’on ne le dit. Une fleur écologique , durable aux vertus médicinales rejetées, oubliées, dédaignées ? Une fleur de plus piétinée …

fleur

photosfa#________

 

Mal

 

 

fleurs

FLEURS

Une grisaille tenace semblait vouloir peser de tout son poids de brume glacée sur la fin de semaine. Le week-end s’annonçait terne et humide. Pourtant en ouvrant les volets, j’apercevais de minuscules taches bleues qui parsemaient l’herbe verte. M’approchant j’en cueillais quelques-unes. J’avais l’habitude de les voir à cet endroit depuis longtemps, mais cette année et sans m’en expliquer la raison je désirais en connaître le nom, sur le champ. Faisant référence à un ouvrage qui nous avait été recommandé par un professeur de biologie j’en cherchais les caractéristiques et les trouvais rapidement. Il s’agissait d’une mauvaise herbe dénommée Véronique à feuilles de lierre. Ses fleurs à quatre pétales poussaient dans les aisselles de ses feuilles velues et la tige pouvait être montante ou couchée. J’avais longtemps pensé qu’il s’agissait plutôt d’un myosotis. L’erreur est désormais corrigée.

Cette modeste découverte coïncidait avec l’étude musicale que nous avions réalisée la veille concernant la critique littéraire effectuée au XIX siècle par Charles Baudelaire au sujet des opéras de Richard Wagner.

Je me replongeais avec délice dans les Fleurs du mal et me rappelait soudain que j’avais eu à commenter le poème qui suit à l’oral du Baccalauréat il y a de cela quelques décennies. Voici ce fameux poème si connu.

CORRESPONDANCES

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L’homme y passe à travers une forêt de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
– et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

 

pétales

photosfa#__________