Eglise

 

Dans la petite église de Nohant, chez Georges Sand, je cherchais de la fraîcheur.

Je trouvais St Joseph et l’Enfant-Jésus un peu esseulés dans une petite chapelle latérale.

Chopin et Sand avaient-ils souvent assisté à la messe dans ce lieu enclos dans le domaine de l’écrivaine.

J’avais beau interroger les pierres, l’exercice restait vain.

Je m’asseyais quelques instants.

Puis je ressortais avant que d’autres promeneurs ne viennent troubler la quiétude du lieu.

Un contre-jour mettait en évidence le porche d’entrée.

La chaleur étouffante de l’extérieur nous signifiait que l’été était bien là.

photosfa#______________

 

Publicités

Nohant

J’allais à Nohant dans l’Indre, j’y visitais la maison de Georges Sand.

Je faisais le tour du jardin, les grands arbres m’apportaient un peu de fraîcheur.

 J’évitais les massifs symétriques à cause du plein soleil, je marchais sur les allées sinueuses ombragées.

Quelques promeneurs s’asseyaient ça et là, en attendant le début de la visite juste avant le concert.

Je m’étais décidée il y a peu de temps, me disant qu’il ne fallait pas rater le festival cette année.

Georges nous invite à déjeuner en compagnie de ses invités prestigieux.

Frédéric, Chopin, Eugène Delacroix entre autres.

Pendant que le personnel de maison s’affaire en cuisine, Chopin improvise au piano, un ravissement.

L’instrument ci-dessus a été acquis par Georges Sand 3 ans après la mort de Chopin ,

il n’a donc pas pu jouer sur ce piano.

Il avait à sa disposition dans sa chambre, au premier étage,  un piano à queue Pleyel,

qu’il faisait venir de Paris à chacun de ses séjours à Nohant.

On nous dit que la plupart de ses oeuvres majeures furent crées ici chez son amie.

Plus loin dans les communs, une belle salle de concert fut aménagée pour les productions du festival.

J’y ai entendu 2 pianistes, ils ont interprété des oeuvres de Liszt, Chopin, Brahms, Barber.

Une pluie sonore s’échappait d’un remarquable piano à queue Bechstein.

Je repartais presqu’à regret, un brin nostalgique de n’avoir pas pu croiser les artistes du lieu.

Leur souvenir et leurs oeuvres demeurent.

Tiens! ça me donne envie de lire les romans de Sand …..

photosfa#___________

 

 

 

 

St Savin

 

Remarquable architecture de l’église romane de St Savin sur Gartempe.

Peintures murales aux tons doux rosés et pastels.

Très lumineuse.

Voûte de la nef : 460m2 de surface peinte.

Chaire magnifiquement sculptée.

Chapiteau typiquement poitevin.

 

Richesse du patrimoine français.

photosfa#_______

 

 

Percer

 

« La lumière ne cesse de percer même les ténèbres les plus profondes. »

Adrienne von Speyr (1902-1967), médecin suisse, mystique catholique canonisée par le Saint pape Jean-Paul II.

Eglise Le Vigen printemps 2018

photofa#______

Enchantement

 

L’enchantement, au jardin, est inépuisable.

Heureusement.

Ces beautés simples et naturelles me réconcilient toujours d’avec les déceptions passagères.

Pétales odorants, gouttelettes en suspens.

Tiges souples et courbées.

Gracieuses.

Offrande   sans cesse renouvelée.

Deo Gratias !

photosfa#_________

 

Révélateur

Stoïque, la vache rêve-t-elle ?

Qui fixe-t-elle ?

Que voit-elle ?

Regard étrange.

Sûre, paisible, stable, y a pas de changement pour la bête.

Tandis que les humains s’agitent.

Chantent et déchantent de leurs voix aigres et criardes.

Inventant des spectacles (allez, j’ose le dire) d’une grande laideur.

Qu’ils intitulent « ateliers polyphoniques ».

On y déraille son aise.

Il est vrai qu’un atelier est en espace de création, de ratage, peut-être , voire d’échec.

Nihilisme, absurdité, non sens volontairement affichés, travaillés, répétés, ressassés jusqu’à l’étourdissement.

Je rentrais en hâte chez moi.

Et là, comme à l’ordinaire, les stridulations des grillons m’apparurent divines, magnifiques.

Dignes d’intérêt.

Les contorsions humaines m’ennuient, elles sont l’effrayant reflet de la décadence de l’Occident.

Et parfois, au vu de toutes ces imbécillités,  la panique aurait tendance à me saisir…

Mais on la chassera avec succès.

photosfa#__________________

 

 

Evêché

Ancien évêché de Limoges, devenu conservatoire de musique puis musée des Beaux-Arts.

Entouré d’un très beau jardin botanique qui recèle de belles et nombreuses variétés végétales.

Je m’y promène régulièrement et j’apprécie la bonne tenue du jardin municipal.

Les fleurs sont régulièrement renouvelées par une équipe de jardiniers compétents.

Un vrai plaisir !