Hémérocalle

Mais oui l’hémérocalle existe, elle a fleuri ce matin même.

Demain sera-t-elle déjà fanée?

S’ouvre et se referme, et revient et repart.

C’est la valse perpétuelle.

Qui jamais ne finit.

Suivant les saisons elles sont plus ou moins colorées, plus ou moins nombreuses, plus ou moins dressées.

Si la pluie ou le vent ou la chaleur ne l’écrase pas elle se donnera pendant quelques heures encore, puis tombera doucement flétrie fanée.

On dirait qu’en politique certains n’ont même pas le temps d’éclore que déjà ils s’en retournent. Etrange ballet.

Cependant,

à force de purges et de saignées

le patient finira par rendra l’âme.

C’est sans doute ce qu’ils cherchent.

Mais qui sont-ils? Qui agit en coulisse ?

Basta.

Pour l’heure admirons la couleur chaude des pétales épanouis avant d’observer l’éclosion d’une autre fleur, ailleurs, autrement.


Confiance , défiance.

Les citoyens résistent silencieusement.

Sont polis finalement.

Font pas de bruit, pas de vague, rien que de la retenue.

N’ en pensent pas moins.

 

photosfa#_________

 

 

 

Danse

 

Ouvrir la porte, fermer la fenêtre.
Revenir sur ses pas, repeindre le gazon.
Tondre la porte du garage.
Euh … ne pas perdre la tête.
Redire sans insister, ne pas répéter.
Que reste-t-il du ballet que j’ai vu ?

Des corps opaques, des enchaînements fluides.
Une musique récente, contemporaine.
Parfois obsédante, répétitive, par intermittence.
Des gestes souples, en mouvements précis.
Une lumière tamisée, gris, bleu, crème.
Des danseurs noirs et blancs.
Des étoiles nacrées, tournées vers le soleil, l’éther voilé.
La lune, l’espace.
Sept boîtes juxtaposées, un arbre dedans, au milieu.
Olivier, figuier, pommier ?
Pommier peut-être, décor surréaliste.
L’infini, la recherche, les sciences.
Des corps essoufflés aux postures maîtrisées.
Le souffle de l’univers, l’étude , l’attente.
Des bras tendus, vers quoi ?
L’inatteignable ?

Ils sont venus, ils ont dansé, ils sont repartis.
Ils reviendront, ici ou ailleurs.
Suspendus.
C’étaient des corps flottants non identifiés.
Un très beau spectacle.
Vraiment.

 

 

 

photosfa#________

 

Temps

Le temps n’est pas un vide à combler très vite de cailloux pesants ou de vains animaux s’agitant comme des crabes au fond d’un seau.

Le temps est une nécessité lente.

Un trésor sans prix.

Laisser sa chance à la réflexion …..

Ces phrases censées sont de l’auteur de la chronique que vous pourrez lire sur le site suivant :

http://www.la-croix.com/Debats/Chroniques/Prendre-temps-Bruno-Frappat-2017-05-20-1200848707

 

photosfa#______

 

Grillon

 

GRILLON

La soirée printanière

nous offre ce soir

le bonheur d’entendre les grillons.

Leurs stridulations régulières bercent la nuit qui s’avance dans l’air frais du moment.

Ah! que la saison nouvelle est la bienvenue.

Comme elle nous fait plaisir.

Plénitude que cette paix du soir si souvent désirée et ardemment chérie.

Demain sera le premier  jour d’une autre époque.

photosfa#_______

Echouage

Dans le sombre couloir d’un musée désert,

les fantômes jouent à cache-cache avec les lumières artificielles.

L’artifice, oui c’est l’artifice qu’ils ont adoré.

Ils s’y sont vautrés plus que de raison,

Se roulant dans la fange dorée, pailletée, brillante quoique puante.

Mais dès que la fausse clarté disparaît

Les saltimbanques de l’illusion jettent l’éponge.

D’abord enclins à dénoncer, déplorer, déstabiliser, dénigrer.

Ensuite prompts à décomposer, démettre et se démettre.

Dévissés.

Ils ont dévissés sous le poids de leurs échecs répétés, de leurs vanités grotesques, de leurs indécences multiples.

Comme sur une paroi de montagne  abrupte qu’ils ne parviennent pas à escalader, incapables qu’ils sont de la gravir tant leurs imprudences et leurs imprévoyances sont grandes,

  Ils ont dévissés,  inaptes à la dominer.

Inaptes.

Ineptie.

Incurie.

Echouage.

A Sète, je m’attardais devant cette pauvre barque échouée dans le port.

« Que la providence nous l’ épargne. »

Photosfa#_________

Elections

Bien penser.
Bien parler.
Bien écrire.
Raisonner justement.

Élections à la présidence de la République.
La terre ne va pas s’arrêter de tourner parce-que des millions d’hommes et de femmes sont sommés de choisir un responsable soi-disant de haut rang.

Le lilas embaume.
Le pinson égrène ses trilles mélodieuses.
La tourterelle roucoule.
Point de nuage.
Pas de tempête ni d’averses folles.
Pas d’orage.
Ni bourrasques glaciales.

Beau temps.
Bien penser.
Bien parler.
Bien écrire.
Réfléchir intelligemment.
Bien agir.

Il m’arrive de penser que voter est finalement un jeu puéril comme si les humains d’en bas tout comme ceux d’en haut ( abominable distinction) restaient éternellement immatures …

Dans tous les cas on nous mène en bateau.

photosfa#_______

Pâques

 

Dans le cimetière de Sète qui donne sur la mer avec une vue imprenable, j’ai pensé à la Résurrection avec huit jours d’avance.

« Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps »

En voilà une bonne nouvelle !

L’infinie Miséricorde du Christ efface les laideurs et les horreurs du monde. Elle purifie l’atmosphère en recouvrant tous les péchés.

Bien sûr, cela aussi c’est une Bonne Nouvelle !

photosfa#______